Communicant et journaliste : vers un nouveau type de coopération

De nouveaux supports pour de nouveaux messages …  où échange la communauté qui produit et pense l’info de demain … c’est désormais à travers eux que fonctionne notre consommation effrénée de médias. Ces nouveaux supports induisent de nouvelles méthodes et de nouvelles esthétiques.

Mais le constat reste amère en 2019. La confiance des Français dans les médias atteint son plus bas niveau, selon un sondage publié au début de l’année réalisé par Kantar pour La Croix.

La créativité reste la pièce maîtresse du deal entre l’objet de l’information et le prospect. Un journaliste n’est pas un chroniqueur ( un personnage engagé voir enragé ). Ces dernières années, les différents médias tendent à confondre ces deux métiers.

Mais désormais quelle feuille de route dans ce nouvel univers concurrentiel ?

Digitalisation, nouveaux supports, réseaux sociaux… la presse a dû s’adapter pour toucher de nouveaux publics, plus jeunes, plus volatils. Nombreux sont les titres qui ont opté pour un modèle payant, soit après 5 articles gratuits, soit après le premier paragraphe de lecture.

Comment donner envie de lire des articles payants soit à l’unité ou par abonnement ( ex : lekiosk.fr ) d’une presse qui écrit toujours pour le papier, difficilement pour le digital.

Comment capter le temps de cerveau disponible devant les écrans ou les enceintes connectés. A coup de breaking news et buzz !!! d’images fortes et violentes, d’annonces à l’américaine, de volume fort.

C’est un constat facilement vérifiable sur tous les médias.

L’information part de la source ( annonce, communiqué, direct, photo … ) et termine dans les mains d’un corps intermédiaire dont le métier est de la travailler avant de la distribuer.

Mais devant un flux incessant par la multiplication des canaux ( et les réseaux sociaux n’y sont pas étrangers ), la masse rend de plus en plus difficile la tâche des rédactions afin de détacher ce qui fera vibrer leurs abonnés.

L’intervention du professionnel de la communication

Il s’agit donc de s’adapter pour faire la promotion de l’hôpital, donner de l’information, de la matière afin d’appâter le vecteur journalistique au sein de son établissement. Ce contenu sera est une émanation de la marque hôpital. Il sera nécessaire de se rendre intéressant avant d’intéresser.

En un mot, préparer le terrain et les conditions favorables à une bonne retranscription, quelque soit le média, des informations que le communicant souhaite promouvoir.